Pour moi, c’est Nicolas

Inauguration de l’oeuvre mémorielle « Strange Fruit » avec Nicolas Florian le 2 décembre

Six ans, cela peut paraître long, mais c’est finalement assez court pour impulser et mettre en oeuvre une politique municipale. Pourtant, nous avons réussi à faire véritablement bouger les lignes dans les domaines que m’avait confiés Alain Juppé : lutte contre les violences faites aux femmes, mémoire de l’esclavage, labellisation par l’AFNOR pour l’égalité femmes-hommes et la diversité, droits des personnes LGBT+, Quinzaine de l’égalité avec 16 communes, accès aux droits avec ELUCID, prévention de la radicalisation avec CAPRI… Les processus enclenchés sont aujourd’hui irréversibles, tant au niveau de la visibilité dans l’espace public que de la démarche vertueuse rendue obligatoire par les Labels.

Etre adjoint au maire, c’est pourvoir agir directement sur la société, afin de la faire tendre vers l’idéal humaniste qui est à la base de mon engagement public. Cela suppose, aussi, de s’engager sur le plan politique. Membre du Conseil national de La République en Marche, je reste aujourd’hui un marcheur convaincu de la nécessité de réformer notre pays, tout en prenant soin des personnes les plus fragiles.

Elu depuis 2014 au sein de la majorité municipale, j’ai toujours pu compter sur le soutien de Nicolas Florian en faveur de la politique que je menais, lorsqu’il était adjoint en charge des finances, et désormais en tant que premier magistrat. 

Depuis le mois de mars, j’ai pu mesurer à quel point c’était un bon maire. Nicolas est empathique, à l’écoute  de ses administrés, et déterminé à agir. Il connait bien la Ville, et notamment son budget. C’est un véritable humaniste, dans la droite lignée d’Alain Juppé, avec lequel il entretient une relation presque filiale. Il a en outre su imprimer rapidement sa marque, tant en matière d’écologie que de participation citoyenne.

Ce sont quelques-unes des  raisons pour lesquelles, tout en revendiquant ma fidélité au Président de la République, j’apporte mon soutien à Nicolas Florian pour les élections municipales de 2020. Par ce choix, je souhaite favoriser un rapprochement entre majorités présidentielle et municipale, comme pour les élections européennes où des proches d’Alain Juppé avaient intégré la liste LREM.

Les enjeux pour notre ville sont nombreux: environnement, cohésion sociale, déplacements, logements, cadre de vie… A l’image de ce qu’Emmanuel Macron a fait au niveau national, et dans la continuité du rassemblement mise en œuvre à Bordeaux depuis de nombreuses années, j’appelle à la construction d’une majorité d’idées, pour relever ensemble les défis auxquels notre si belle ville fait face aujourd’hui.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. cassagne46 dit :

    Qui ne souffrirait pas de la comparaison avec Alain Juppé ? Cependant, Nicolas Florian doit en être son digne héritier et, la fonction créant l’organe, il faut donner du temps à l’homme pour confirmer cette confiance et surtout cette capacité à assumer cette très lourde responsabilité. Une ombre cependant plane sur cette élection, la présence d’un candidat LREM, un véritable caillou dans la chaussure de NF.
    Te concernant Marik, tu démontres, s’il en était besoin, ta fidélité locale tout en maintenant ton attachement au PR. Bonne chance pour cette campagne qui s’annonce délicate à plus d’un titre.

    Jean-Pierre CASSAGNE

    J'aime

  2. jean-michel deyris dit :

    Je partage ta vision sur Nicolas Florian . Plus réservé sur la manière d’agir du Président tout en reconnaissant son courage de s’attaquer à des sujets que ses prédécesseurs avaient laissés de côté par crainte de l’opinion . Il faudra aller beaucoup plus loin et briser des idées d’un autre temps. Je regrette que le problème des retraites n’ait pas été abordé de niveau financier en mettant la population devant ses responsabilités par exemple en disant que les caisses sont vides et que si l’on ne fait rien nous serions bientôt dans la situation qu’a pu connaître la Grèce où il n’y avait plus de retraite du tout . Je pense que cela tout le monde peut le comprendre . Naturellement les plus arriérés auraient argué qu’il faut prendre aux riches mais ça c est stupide et il est facile de démontrer le contraire ; En revanche ce qui fait tâche ce sont les privilèges accordés aux ministres , secrétaires d’état sénateurs et surtout conseillers face à ceux qui ont du mal à se nourrir . Gaulliste convaincu depuis toujours le côté humaniste de ce mouvement m’anime sans faille .Bien à toi…. Amitiés
    JMichel

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s