Viva Cienfuegos !

Cuba
De gauche à droite : Vincent Maurin, Jean Querbes, Eduardo Walfrido Coll Rodríguez maire de Cienfuegos, Iran Millán Cuétara conservateur de la ville, Yurielkys Sarduy Martinez de l’ambassade cubaine en France et Pierre De Gaëtan Njikam

Le 3 mai dernier, Alain Juppé annonçait publiquement qu’il validait les 10 propositions qui lui avaient été faites par la commission mise en place dans le but d’améliorer la mémoire de l’esclavage à Bordeaux. La proposition numéro 3 vise à développer les liens entre Bordeaux et les Caraïbes pour renforcer le travail de mémoire trans-atlantique. En particulier, il est prévu d’établir un partenariat avec Port-au-Prince, la capitale d’Haïti.

Dans cet esprit de partenariat avec les îles caribéennes, la Ville de Bordeaux décidé de soutenir le projet d’édition d’un ouvrage retraçant la fondation de Cienfuegos par des Bordelais à Cuba il y a presque 200 ans, porté par l’association Bordeaux-Cienfuegos. Cette association a été fondée par Jean Querbes, qui est aussi l’auteur du livre, ainsi que par Vincent Maurin, ancien élu à Bordeaux. Ils sont tous deux à l’origine de la visite à l’Hôtel de Ville le 19 septembre d’une délégation venue de Cienfuegos, composée notamment du maire et du conservateur de la ville, tous deux députés au Parlement de Cuba.

Entouré de 36 autres bordelais, Louis de Clouet proclama la fondation de la colonie Fernandina de Jagua le 22 avril 1819, rebaptisée Cienfuegos en 1829. La couronne espagnole avait donné aux Français l’autorisation de fonder ici une « ville blanche » pour renforcer la population de colons afin de contrôler les esclaves et d’éviter une révolte comme celle qui venait de se produire en Haïti.

Comme Bordeaux, Cienfuegos a construit une partie de sa richesse grâce au travail des esclaves, en particulier dans les grandes plantations de canne à sucre et des raffineries. C’est aujourd’hui une des plus belles villes du continent américain, dont le centre historique est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2005.

Au-delà de l’esclavage et du classement UNESCO, Cienfuegos a un autre point commun avec Bordeaux: le vivre ensemble est y aujourd’hui d’une grande qualité, et le racisme y est très rare, comme le note un journaliste de Radio Canada dans un article de 2016 qui s’était rendu sur place.  Rendez-vous dans cette très belle ville pour le bicentenaire de sa fondation au mois d’avril, y viva Cienfuegos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s