Pour une France En Marche !

em1

Cela fera 10 ans en mai que je suis membre du mouvement Démocrate. 10 ans que je soutiens François Bayrou et l’idée d’un rassemblement au-delà des partis, pour construire une majorité, reposant sur les idées, qui puisse enfin s’attaquer aux défis que nous traversons : crise économique et sociale, dette, transition écologique, construction européenne, vivre ensemble… Adjoint au maire de Bordeaux, j’ai constaté qu’il était possible localement, au sein d’une équipe compétente et dévouée à son maire, de dépasser les idéologies politiques pour servir l’intérêt général, apaiser les tensions, et bâtir une ville à visage humain.

J’ai soutenu Alain Juppé avec force et conviction pendant la campagne des primaires, dont le résultat m’a profondément affecté. J’ai en effet beaucoup d’admiration pour lui. C’est un excellent maire de Bordeaux et président de sa métropole. C’est un homme d’Etat expérimenté, qui a exercé des fonctions nationales de la plus haute importance. A mon humble niveau, je me suis investi sans compter pour l’aider à devenir notre prochain président de la République. Les électeurs en ont décidé autrement, et je me suis résigné à l’idée que même les turpitudes actuelles du candidat officiel de la droite ne changeront pas cet état de fait.

Mon moteur a toujours été la volonté d’apporter ma pierre à l’édifice d’une société plus juste et plus humaine ; sur le plan professionnel, au travers de ma profession de kinésithérapeute et de la présidence du Conseil de l’Ordre départemental. Au niveau social, en créant il y a 13 ans le Réseau respiratoire d’Aquitaine, et plus récemment le centre de prévention de la radicalisation CAPRI. C’est aussi la source de mon engagement en politique, qui m’a naturellement amené à la responsabilité du « vivre ensemble » à la ville de Bordeaux et à la métropole : droit des femmes, relations avec les cultes, lutte contre le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie, dialogue inter-culturel, et questions mémorielles notamment.

Depuis le 2ème tour des primaires le 27 novembre, j’ai été spectateur de la campagne présidentielle. François Fillon allait-il s’ouvrir aux idées de la droite modérée et du centre? Il n’en a rien été. François Bayrou allait-il être candidat ? Encore, aujourd’hui, nous n’en savons rien. A moins de 3 mois du premier tour, il serait temps que le chef du MoDem, qui a déjà été candidat 3 fois à l’élection présidentielle, se positionne et ne laisse pas ses militants dans le flou le plus total… Quelle que soit sa décision, elle sera à mon sens trop tardive pour créer une véritable dynamique et peser dans cette élection.

Parallèlement, j’ai écouté les propositions et les discours des autres candidats, notamment celui d’Emmanuel Macron le 4 février à Lyon. J’y ai très clairement retrouvé les thèmes du rassemblement et de la réforme, qui me sont chers.

EM2.jpgRassembler, c’est pour le président du mouvement En Marche !, « réconcilier la liberté et l’égalité ». C’est par exemple défendre la laïcité, et au-delà, la liberté de conscience, pour « sortir du discours de haine réciproque » qui « stigmatise les individus pour leurs croyances religieuses » d’un côté, et ne respecte pas « notre civilité » notamment en matière d’égalité femmes-hommes de l’autre.

Rassembler, c’est reconnaitre qu’il existe en France, une « culture diverse et multiple »,  dont il propose de favoriser l’accès à tous les jeunes. Rassembler, c’est également renforcer les moyens de l’Etat, notamment pour faire une « police de sécurité quotidienne », qui sera d’autant plus efficace qu’elle aura pu tisser des liens avec la population. Rassembler, c’est aussi défendre la fraternité, au travers d’une transition écologique et d’un modèle économique durables car centrés sur l’humain.

Apaiser les tensions de notre société est le préalable indispensable aux réformes, notamment en matière économique. Mais pour Emmanuel Macron, « il ne s’agit pas de tout casser en matière de finances publiques ». Il s’agit de reformer, non par idéologie, mais pour adapter l’Etat français à la modernité, dans un monde en pleine évolution, et respecter nos engagements européens. Car il croit profondément en l’Europe comme facteur de paix, et souhaite la relancer.

Aujourd’hui, au vu de la décomposition du paysage politique où les cartes son rebattues, à droite comme à gauche avec un centre inerte, je suis convaincu que seul l’ancien ministre de l’économie est capable de rassembler le pays pour lui apporter les réformes dont il a besoin. Ses idées sont en total accord avec mes convictions. Sur les questions sociétales, il se situe à mon sens dans la droite lignée d’Alain Juppé, qui a été le premier à être informé de ma démarche, et qui peut compter sur ma totale loyauté à Bordeaux. Alors, plutôt que de rester un spectateur en colère devant la polarisation du corps social et le délitement de notre démocratie, j’ai décidé de rejoindre Emmanuel Macron, et de lui apporter mon soutien en vue de l’élection présidentielle.

 

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. jluc900 dit :

    La force de l’engagement sincère au service des autres est (devrait être) ce qui caractérise au plus haut point un Homme Politique digne de ce nom. « Mon moteur a toujours été la volonté d’apporter ma pierre à l’édifice d’une société plus juste et plus humaine », voilà une phrase qui résonne, et résonnera dans le coeur de très nombreux citoyens/électeurs soucieux du bien-être et du « mieux vivre ensemble » malgré les convulsions apparentes, et même parfois profondes, de notre société française. Alors bonne chance dans cette nouvelle aventure ! (un post récent sur FB décryptait votre personnalité comme « Aventurier »…)

    J'aime

  2. Rouaud dit :

    Je suis adhérent du MoDem , comme vous, depuis dix ans, et ai été candidat aux municipales de Sèvres en 2008. J’ai aussi décidé de rejoindre En Marche pour qu’une force majoritaire issue des centre gauche et droit gouvernent. Avec conviction et audace elle sera force de proposition pour une Europe forte . Charles Rouaud

    J'aime

  3. samir badour dit :

    Bravo Marik. Un choix difficile lorsque l’on aime sa famille politique mais nécessaire pour aider la France. J’ai fais le même choix que toi en quittant l’UMP après 10 années de service.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s