Unis dans la diversité

028Discours d’ouverture de la 3ème Quinzaine de l’égalité , de la diversité et de la citoyenneté prononcé le 26 septembre 2016

Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux, au nom d’Alain Juppé, de vous accueillir ce soir à l’Athénée municipal pour l’ouverture de cette 3ème Quinzaine de l’égalité, de la diversité, et de la citoyenneté.

Cet événement phare de la Ville de Bordeaux en matière de « vivre ensemble » est organisé dans un contexte extrêmement préoccupant.

La crise économique et les attentats, qui ont frappé très durement notre Nation, sont malheureusement les raisons de la progression de la haine de l’autre et du repli.

Les replis nationaliste et communautaire menacent notre cohésion sociale. Tout comme le racisme, et l’antisémitisme, la xénophobie qui progressent de manière alarmante.

Face à cette situation de crise identitaire et sociale, il y a deux possibilités.

On peut alimenter la sinistrose et le pessimisme ambiant en cherchant des bouc-émissaires, en stigmatisant certains citoyens en raison de leur religion, en prétendant qu’on ne peut être véritablement français que si ses ancêtres sont « gaulois ».

Malheureusement, payant sur le plan électoral, ce type de discours n’a qu’un seul effet : fracturer notre pacte social en créant, dans les imaginaires, différentes catégories de citoyens : ceux qui seraient véritablement français, et les autres. Avec le risque, in fine, d’aboutir à une guerre civile.

En effet, on parle beaucoup de radicalisation liée à l’islam. Mais l’extrême droite violente constitue une cible de plus en plus fréquente pour les services de renseignement, car elle se prépare à l’affrontement avec les musulmans, comme l’a indiqué le directeur général de la sécurité intérieure devant les parlementaires en avril dernier.

Mais une autre voie est possible.

Une voie qui ne flatte pas les bas instincts.

Une voie qui ne cède pas aux sirènes du populisme.

C’est la voie de l’apaisement, et du rassemblement. La voie du respect des principes de liberté, d’égalité, et de fraternité qui sont garanties par notre Constitution, celle de la 5ème République.

La Constitution est le texte le plus important de notre corpus juridique. Elle reprend la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Certains voudraient modifier, afin d’interdire certains vêtements sur la plage. Il faudrait d’ailleurs également modifier ou se retirer de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

Comme je le disais, la voie du rassemblement et de l’union est possible. Celle du respect de chacun son identité, ou ses identités.

Nous sommes tous différents : nous avons des origines différentes, un genre différent, des convictions différentes, certains sont athées ou agnostique, d’autres sont croyants et pratiquants. Nous avons des orientations sexuelles différentes. On peut être porteur d’un handicap, et je voudrais saluer la présence de l’association REG’ART qui fait un travail formidable pour permettre aux personnes sourdes d’accéder à la culture. Ils avaient d’ailleurs eu le 1er prix de la Quinzaine il y a deux ans.

Mais ce qui compte, c’est ce qui nous rassemble.

Ce qui compte, c’est ce qui nous unit.

Ce qui compte, c’est ce qui forge, au-delà de nos identités et de nos différences, notre sentiment d’appartenance à la Nation.

Ce qui compte, c’est ce qui fait notre identité française. Avec au cœur de notre contrat social le respect des lois et des valeurs humanistes de notre République.

Cette voie de l’apaisement, du rassemblement et de l’union, c’est celle qu’a choisi Alain Juppé à Bordeaux. Je tiens à rendre à notre maire un grand hommage : sans sa détermination à promouvoir l’égalité et le vivre ensemble, et sans son soutien sur chacune des actions menées comme cette magnifique Quinzaine, rien n’aurait été possible.

Dans ces temps troublés qui nous rappellent par certains aspects les heures sombres de notre histoire, sa parole et sa vision sont une véritable bouffée d’oxygène pour des millions de nos concitoyens. Cette parole permet à chacun de se dire qu’aujourd’hui, quelle que soit sa religion, ou ses convictions, il est possible de vivre en France en paix, sans être discriminé et stigmatisé.

C’est donc tout naturellement que nous avons choisi le thème « Unis dans la diversité » pour l’ouverture de cette 3ème Quinzaine. Et ce soir, avec nos intervenants, nous sommes triplement unis. Dans la diversité des origines bien sûr, celles des convictions religieuses également, ainsi que celles des convictions politiques.

Nous avons l’immense honneur et plaisir de recevoir deux grandes dames. Elles témoigneront des terribles épreuves qu’elles ont traversées, et qui les a décidées à se battre, auprès des jeunes, pour l’union et le vivre ensemble. Ces grandes dames, ce sont Latifa Ibn Ziaten et Elizabeth Sentuc. Je crois qu’on peut les applaudir.

Unis dans la diversité des convictions politiques également comme je le disais, car pour la première fois, d’autres communes participent à cette Quinzaine. Des communes de toute orientation politique. Car sur ces sujets essentiels, l’union de tous les républicains est essentielle. C’est pourquoi, nous avons également la chance d’avoir ce soir parmi nous Fatou Diop, Adjointe au maire de Mérignac, Salem Erchouk, Conseiller municipal de Talence et Zeineb Lounici, Elue de la ville de Pessac, qui dira un mot après moi.

Je tiens sincèrement à remercier les maires et les élus de ces 3 communes pour leur engagement, qui nous permettra dès l’an prochain d’avoir un volet métropolitain à cette Quinzaine. On peut les applaudir également.

C’est aussi la diversité des acteurs engagés dans cette événement : l’Université de Bordeaux avec le Forum Montesquieu et l’Institut des Afriques, les associations de lutte contre les discriminations, les acteurs culturels, ceux de l’insertion… Merci à tous pour votre engagement. Cette Quinzaine ne pourrait pas se faire sans vous. Je crois qu’on peut tous vous applaudir.

« Unis dans la diversité » c’est, vous le savez, la devise de l’Union Européenne. L’Europe est malheureusement assez mal en point en ce moment, notamment après le « Brexit », qui a été l’occasion d’un déferlement de racisme et de haine sans précédent au Royaume Unis.

La communauté européenne est née suite aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Ses pères fondateurs ont dit « plus jamais ça ». Nous n’avons heureusement plus connu de conflit majeur depuis sa création. Gardons à l’esprit que l’Europe est garante de la paix et de l’union entre les peuples.

Cette devise « Unis dans la diversité », Simone Veil l’a faite graver sur son épée d’académicienne, à côté de la devise de la France « Liberté, égalité, fraternité », de flammes symbolisant les fours crématoires ainsi que du matricule qui a été tatoué sur son bras à Auschwitz.

Par son épée d’académicienne, la grande Simone Viel nous rappelle que le rejet, la haine de l’autre, les stigmatisations et les discriminations, peuvent amener aux plus grandes tragédies. Elle nous rappelle que les discours ne sont pas que des mots : ils participent à construire des représentations et des stéréotypes qui guident les comportements, et peuvent in fine légitimer la violence, l’horreur et la barbarie.

Pour conclure, je citerai le prix Nobel de la Paix Martin Luther King « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots ».

                                                                                                                                        Je vous remercie

011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s